SAWT BEIRUT INTERNATIONAL

| 15 August 2022, Monday |

Les travailleurs étrangers face au chômage… Le retour au pays est plus difficile que la vie dans l’exil

 

De nombreux Éthiopiens sont retournés dans leur pays et d’autres sont restés au Liban pour travailler à l’abri des transactions officielles.

Des signes d’adhésion aux coutumes de la patrie garantiront que les Éthiopiens resteront attentifs à la nécessité de retourner dans le pays. Ils attendent la fumée blanche pour annoncer d’éventuelles percées, que ce soit dans leur pays ou au Liban.

Le nombre de travailleurs arabes et africains, hommes et femmes, a diminué par milliers depuis le début de l’entrée du Liban dans les ténèbres de son destin économique et social. Un recul qui laissera encore un peu plus de place à certains Libanais couverts par le chômage pour travailler si la roue économique s’améliore.

Dans ces quartiers intérieurs de Beyrouth, les travailleurs africains et arabes tenaient dans de petites entreprises qui assuraient leur subsistance, la même subsistance qu’il leur serait très difficile d’obtenir s’ils rentraient chez eux.