SAWT BEIRUT INTERNATIONAL

| 3 October 2022, Monday |

L’Union européenne enregistre des impuretés dans les procédures de vote des expatriés et Mikati agit

La question du vote des expatriés a interagi avec les plaintes des communautés dans plus d’un pays en raison des mesures paralysantes adoptées par les ambassades du Liban.

Ces plaintes sont parvenues à l’Union européenne participant à la surveillance des élections.Des sources diplomatiques ont révélé que de nombreux contacts avaient eu lieu entre l’Union européenne et les autorités libanaises concernées pour faciliter le vote des citoyens libanais.

L’Union a informé les autorités libanaises que le droit de vote des citoyens ne devrait pas être violé. L’Union a également appelé à faciliter le processus de vote et à identifier des bureaux de vote facilement accessibles et qui n’entraînent pas les difficultés de déplacement pour les expatriés. L’Union européenne a également critiqué la séparation d’une famille entre un centre et un autre.

Les commentaires de l’Union européenne ont atteint les failles enregistrées par la mission au Liban, qui est chargée de surveiller les élections, dans les mesures prises pour sécuriser le vote des expatriés, et on a appris qu’il existe des soupçons européens que les forces politiques au pouvoir sont obstruant délibérément l’élection des expatriés par crainte de ses résultats.

La pression de l’Union européenne a poussé le Premier ministre Najib Mikati à tenir une réunion immédiate avec le ministre des Affaires étrangères, en présence du ministre de l’Intérieur, pour discuter de tous ces problèmes. L’ironie est que le ministre des Affaires étrangères a répondu à la cause des problèmes en expatriation, notamment dans les montages compliqués en Australie, aux partis actifs qui ont inscrit des électeurs sur la plateforme. Paradoxalement, le ministre des Affaires étrangères n’a pas caché l’envoi d’une délégation du ministère des Affaires étrangères en Australie sous prétexte d’y assister le consul.

On a appris que le ministre des Affaires étrangères a reçu une lettre de la communauté libanaise en Australie s’opposant à la performance du consul général là-bas, notamment en termes de répartition des électeurs dans les bureaux de vote sur la base du code régional sur lequel l’électeur est inscrit et non sur la base du pouvoir judiciaire, comme ce fut le cas lors des élections mondiales de 2018.

Partant de tout cela, le chef du Parti des Forces libanaises a élevé la voix aujourd’hui, dénonçant le comportement du ministre des Affaires étrangères, menaçant de lui faire confiance, qualifiant ce qui se passe de crime contre les expatriés, et exigé que le expatriés soient répartis dans les bureaux de vote les plus proches d’eux, et a révélé que les listes d’annulation n’ont pas été remises à ce jour.