SAWT BEIRUT INTERNATIONAL

| 7 February 2023, Tuesday |

Où est le dossier de remplacement de l’usine thermique al-Jiyeh par une autre?

Les habitants de Barja et de la région ont toujours exigé leur équité pour leur fournir de l’électricité et des heures d’alimentation logiques, et pour avoir un environnement propre et exempt de pollution et de cancer, et malgré la tolérance des résidents à la centrale thermique, ils n’ont été récompensés que par l’obscurité et la fumée noire, sans mentionner les dépôts de carburant dans la mer provenant des restes de navires.

L’ancien maire de Barja, l’ingénieur Nashaat Hamieh, a déclaré à la journaliste de Sawt Beirut International Sarah Shehadeh

« Notre situation est tragique, malheureusement historiquement et jusqu’à présent notre situation est mauvaise et maintenant pire, l’électricité n’atteint que deux heures par jour, et les générateurs ne peuvent plus supporter la pression,alors les propriétaires doivent rationner, et il n’y a pas d’autres moyens, et ce qui a un générateur ,il ne trouve pas d’essence », a-t-il déclaré.

« Nous avons reçu de nombreuses promesses pour arrêter la pollution dans l’usine, la dernière en date lors de notre visite à Gibran Bassil , mais aucune mesure n’a été prise malgré une décision du cabinet de remplacer l’ancienne usine par de nouvelles, et nous ne savons pas pourquoi elle n’est pas mise en œuvre, et la pollution existe toujours », a-t-il déclaré.

 

En 2016, le Conseil des ministres a adopté une décision de remplacer l’usine al-Jiyeh par une nouvelle, et de démanteler l’usine actuelle, mais la situation n’a pas changé, et les promesses des fonctionnaires ne sont que des déclarations des médias dans lesquelles ils promettent aux citoyens des rêves roses mais en fait des promesses dans l’air et ont dit régime « nous avons fait des tournées et des visites pour le sujet en termes de mouvement populaire par les gens de la région, en particulier Burja et nous sommes la seule municipalité qui a déposé une plainte contre l’usine, et il y a un rapport officiel dans le système judiciaire et le dossier est toujours là « Il y a quatre ans, chaque jour, l’escale coûtait 5 000 dollars à l’État libanais, et malheureusement, cet État en déliquescence nous a amenés ici. »

Malgré les sit-in et le soulèvement des Barjawis sur la pollution et l’obscurité, la situation s’est aggravée, et les crises d’aujourd’hui ont augmenté et élargi le cycle des difficultés quotidiennes qui pèsent sur les Libanais, qui souffrent de l’interruption de l’eau, de l’électricité, de l’essence et des médicaments.

« Ce qui se passe est imparfait, c’est ainsi que le Liban est devenu après avoir été le plus beau pays du monde, où sont les responsables? Ils nous demandent simplement de les élire.

Combien de temps les Libanais supporteront-ils tous ces fardeaux et combien de temps ce système de gouvernement corrompu continuera-t-il à contrôler notre destin sans se soucier de la faim d’un enfant ou d’une vieille malade ou de l’incapacité du chef de famille à assurer une vie décente à ses enfants?