SAWT BEIRUT INTERNATIONAL

| 3 July 2022, Sunday |

Pas encore de date pour les consultations et Baabda attend que la liste des blocs et des indépendants soit complétée

Un politicien important dit, commentant le spectacle de la première session du nouveau parlement, l’élection du président du parlement peut être le droit le plus facile que le calendrier des avantages à venir, dans lequel les députés auront la première décision et la base pour ça.

Le premier de ces droits est la nomination d’un nouveau Premier ministre. A ce jour, il n’y a pas de date pour des consultations contraignantes, en attente d’être fixées par le président Michel Aoun. Lors de la réunion qui a réuni Aoun et le président Nabih Berri après son élection hier, cette question a été discutée et il a été convenu que les consultations seront étroites.

Des sources de Baabda reconnaissent les difficultés auxquelles sera confronté ce droit, mais elles confirment, en revanche, qu’il n’y a pas de raisons politiques à ne pas fixer de date pour les consultations. La question est plutôt liée à la clarification de l’image des blocs parlementaires. et l’achèvement de la préparation par le Secrétariat général de la Chambre des représentants d’une liste des blocs parlementaires anciens, nouveaux et indépendants avant de les envoyer au Palais républicain, et cette question prendra quelques jours, selon des sources de Baabda.

Le processus de nomination sera-t-il facile, y a-t-il un accord préalable sur le nom, et les 65 députés qui ont voté pour Berri peuvent-ils se réunir sur un seul nom pour le premier ministre ? Est-ce possible si le Parti socialiste progressiste décide de rester dans l’alliance du Hezbollah?

D’autre part, les 63 députés qui ont dit non à Berri que le livre blanc ou le journal république forte et le journal justice puissent s’unir sous un même nom pour diriger le gouvernement?

Il est peut-être trop tôt pour répondre à ces questions, mais il est certain que la proposition de faire flotter le gouvernement Mikati en lui redonnant confiance à la Chambre des représentants et en le transformant en un véritable gouvernement jusqu’à l’élection d’un Président de la République. Entrez.

Il n’y a rien dans la constitution qui s’appelle une flottation, précisent les sources, soulignant que les consultations sont contraignantes et doivent avoir lieu, et rien n’est encore réglé en ce qui concerne les noms proposés. Je veux dire, le pire scénario attendu serait une mission sans paternité.