SAWT BEIRUT INTERNATIONAL

| 1 December 2022, Thursday |

Plus de 50% des personnes endommagées par l’explosion du 4 août n’ont pas encore reçu d’aide

Les Libanais ne s’attendaient pas à ce que leurs maisons soient démolies au-dessus de leurs têtes en quelques secondes le 4 août 2020, à exactement 6:08 heures.

En quelques secondes, Beyrouth a perdu plus de 200 victimes, blessés, maisons anciennes, bâtiments, magasins, hôtels et restaurants, d’une valeur de plusieurs milliards de dollars de pertes.

Après la tempête, il y a eu une calamité, et les personnes affligées se sont réveillées et n’ont pas trouvé un seul fonctionnaire à leurs côtés.

Les expatriés libanais et la communauté internationale se sont empressés d’envoyer une aide en nature et financière directement aux associations non gouvernementales et aussi aux organisateurs de campagnes humanitaires qui ne sont pas enregistrés auprès du ministère de l’Intérieur… il n’y a pas de confiance dans l’État !

Après plus d’un an, un groupe de chercheurs a visité les rues de Beyrouth et a remarqué que plus de 50% des personnes touchées ne recevaient pas d’aide.

En coopération avec la Fondation Samir Kassir, ces détails ont été publiés.

En l’absence de travail de gestion des catastrophes et des crises et en l’absence de planification, les petites associations ont reçu d’énormes sommes d’argent, mais malheureusement, elles n’ont pas été en mesure de gérer correctement ces aides.

L’armée libanaise a mis en place la salle d’urgence après le début d’une période de distribution de l’aide et s’est concentrée sur des enquêtes sur le terrain et a mis ses capacités logistiques à la disposition des associations, car elle n’en a pas les moyens financiers.

Les ministères et les forces de sécurité ont désavoué la question, il est donc normal que ce défaut se produise.