SAWT BEIRUT INTERNATIONAL

| 2 December 2022, Friday |

Quel est le pourcentage de Libanais prêts à participer aux élections législatives? Réitéreront-ils l’expérience de 2018?

Plus de deux ans se sont écoulés depuis la pire crise économique et politique que traverse le peuple libanais sans trouver, jusqu’à présent, aucune solution radicale pour la relance.

En attendant de trouver des solutions politiques et économiques qui sortent le citoyen de la situation difficile dans laquelle il vit,comment le citoyen perçoit-il les élections législatives et les partis politiques, et quelles sont les solutions à suivre?

L’Autorité libanaise des statistiques a mené une enquête pour répondre à ces questions en janvier 2021.
En ce qui concrene partis politiques, il a été constaté que 60% ne soutiennent aucun parti politique.

L’étude a également demandé aux citoyens s’ils étaient enthousiastes à l’idée de participer aux élections législatives ou non.
50% sont prêts à participer.
35% refusant de participer
15% n’ont pas encore pris de décision.

Mais les personnes qui ont décidé de participer aux élections voteront-elles pour la même classe politique qui a été élue en 2018?
Selon les réponses, il a été constaté que 53% des Libanais vont voter pour la même classe.Et 49% sont contre.

Et sur les méthodes qui peuvent réduire la crise?
48% des citoyens considèrent que la corruption doit cesser pour que la crise soit résolue.
24% considèrent que l’argent illégal doit être restitué.
15% considèrent que la réduction de la crise passe par la réorganisation des institutions étatiques.

C’est sur le plan économique.
Quant à la politique une « classe politique nouvelle et propre » est venue en premier lieu du vote des citoyens, soit 39%.
Après cela, 28% des citoyens considèrent que la réduction de la crise consiste à punir ceux qui doivent etre punis des fonctionnaires.
Quant à 12%, ils considèrent que cela passe par l’indépendance du pouvoir judiciaire.
Et 8% en désarmant le Hezbollah.

C’est la vision libanaise des solutions à apporter à l’intérieur.
Quant à l’aspect extérieur, 74% des Libanais considèrent que les problèmes avec les pays du Golfe doivent être résolus.
25% considèrent que le Liban devrait être sous tutelle internationale. Et un très faible pourcentage considère que la solution passe par l’indépendance.

Quelques mois nous séparent des élections législatives.c’est la seule opportunité par laquelle le changement peut être fait, alors choisissez la bonne personne pour que nous puissions vivre correctement.