SAWT BEIRUT INTERNATIONAL

| 27 September 2022, Tuesday |

Rafic Hariri connaît l’importance des personnes éduquées

La personne éduquée ne se joint pas aux milices dans les guerres de rue et les guerres d’intérêts, la personne éduquée ne vote pas dans la boîte électorale en fonction de la boîte de rationnement, la personne éduquée est une personne qui pense librement. Rafic Hariri était bien conscient selon ce qui a été dit dans le livre de Karim Pakradouni dans son livre La malédiction d’une patrie, que la cause des guerres au Liban n’était ni les mouvements de la gauche ni la pensée de la droite, mais qu’elle se trouve Plutôt au milieu de la pensée non modérée. Sa priorité avant la pierre au centre de Beyrouth était le peuple de tout le Liban.

Les offres de Rafic Hariri étaient diverses et variées, la plus importante étant d’offrir des possibilités d’éducation à 36 000 jeunes Libanais et Libanaises pour qu’ils puissent étudier à l’intérieur et à l’extérieur du Liban, dans le cadre de l’objectif général de donner aux jeunes une éducation, de valoriser les énergies des ressources humaines et de développer leurs capacités.

Les archives de son institution sociale témoignent que la sélection des boursiers ne s’est jamais faite en fonction de la région, de la religion, de la secte ou même de l’appartenance politique. Et voilà que les diplômés qui ont réussi, parmi lesquels des médecins, des ingénieurs, des pharmaciens, des universitaires et autres, dispersés dans le monde entier, accrochent avec leurs diplômes un certificat de fidélité. C’est lui qui leur a donné la possibilité de s’instruire sans aucune condition, ni affiliation à son courant ni à sa ligne politique.

En outre, beaucoup a été fait pour améliorer les conditions de vie de nombreux individus et groupes, pour soutenir les ONG et pour développer les investissements au Liban. Son achat du lycée Abdelkader (1985) et de l’école évangélique pour garçons et filles (1986) a empêché leur fermeture en tant qu’établissements d’enseignement prestigieux, mais a plutôt contribué à leur développement. Il a également créé une école en Arabie Saoudite, deux écoles à Sidon et une quatrième à Beyrouth, puis l’Université canadienne Hariri a été créée en 1999.

C’est ce que Rafic Hariri a perfectionné pendant la durée de son parcours. Il ne croyait pas à l’épée, mais seulement à la plume. Parce qu’il a compris que la personne éduquée est libre, indépendant et autonome.