SAWT BEIRUT INTERNATIONAL

| 5 December 2022, Monday |

Ralph Tarraf: La Banque centrale a toutes les données sur l’argent qui a été passé en contrebande du Liban

L’ambassadeur de l’Union européenne au Liban, Ralph Tarraf, a souligné que « nous ne pouvons pas imposer la formation d’un gouvernement au Liban, et même si nous pouvions le faire, qui pourrait garantir que ce gouvernement serait en mesure de se réunir et de prendre des décisions ».

Il a ajouté : « Il y a un an ou plus, nous savons que cette crise allait arriver. La situation n’a pas changé, mais s’est plutôt aggravée. Plus la décision de remédier à la situation est retardée, plus elle sera douloureuse et la crise sera plus important et touchera les groupes sociaux les plus vulnérables, et cela ne devrait pas arriver. »

Une fois le cadre juridique préparé, Tarraf a déclaré: « Nous discuterons des sanctions pour certains noms et nous passerons à la mise en œuvre. Il y a également une grande discussion sur les réformes politiques et la nécessité de modifier ou de mettre en œuvre l’accord de Taëf dans son intégralité ou en partie. C’est l’affaire des Libanais, mais il y a aujourd’hui un obstacle majeur à la formation du gouvernement.

Il a souligné que le Liban « traverse une phase de grand et radical changement, et que le problème n’est pas lié au changement de certains visages et de certaines personnes ».

Tarraf a estimé qu' »il est très difficile que le soutien soit levé, mais le soutien est nécessaire. Nous savons que cette répartition sera catastrophique pour les Libanais, mais le régime doit être logique en ce qui concerne la levée de la subvention, et l’augmentation de la un soutien est nécessaire aujourd’hui car il n’y a plus de réserve. » Faut-il que les Libanais souffrent davantage de la faim et s’appauvrissent davantage au point de ne plus supporter la suppression des subventions ?!

Tarraf a souligné que « nous ne pensons pas reposer les gens pendant deux ou trois mois, mais plutôt nous pensons au-delà de cela ».

Il a ajouté : « Nous nous sommes engagés à aider le Liban à faire face à cette crise. Nous ne savons pas combien de temps elle va durer, et nous espérons que la situation en Syrie s’améliorera de manière à permettre aux déplacés de retourner dans leur pays et de vivre en sécuritéز »