SAWT BEIRUT INTERNATIONAL

| 26 November 2022, Saturday |

Sur quoi le système judiciaire s’est-il basée dans sa nouvelle plainte contre Geagea ?

Le 14 octobre 2021, les partisans du Hezbollah ont décidé d’envahir Ain al-Remmaneh.
Il est connu que le commissaire du gouvernement auprès du tribunal militaire, le juge Fadi Akiki, est le gendre du président du Parlement Nabih Berri, et il est également connu que le seize de ce mois, les avocats de la défense dans le dossier de la bataille d’Ain al-Remmaneh ont déposé une plainte devant l’inspection judiciaire, demandant le dessaisissement de Akiki, mais le juge susmentionné a évité de recevoir la notification. Des sources des Forces Libanaises ont indiqué que le juge Akiki reste à son domicile et ne se présente délibérément pas au tribunal militaire pour s’assurer qu’il continue à travailler sur le dossier.

Quels sont les nouveaux faits sur lesquels le gendre de Berri s’est appuyé dans sa nouvelle plainte contre le chef du parti des Forces libanaises, Samir Geagea ?
Quant aux quatre détenus, originaires d’Ain El-Remmaneh, affiliés aux Forces libanaises, ils sont jusqu’à présent toujours en détention sans procès.

Il semble que le duo chiite et le commissaire du gouvernement auprès du tribunal militaire, Fadi Akiki, tentent de mettre en place un nouveau dossier pour Geagea, à moins de deux mois de la date des élections législatives, allons-nous vers une nouvelle escalade sur le terrain et au sein du système judiciaire ?