SAWT BEIRUT INTERNATIONAL

| 30 September 2022, Friday |

Un débat houleux entre Macron et Le Pen

Au cours d’un débat télévisé animé, dont l’intensité s’est intensifiée lorsqu’il a été question d’enjeux internationaux, les deux candidats à l’élection présidentielle française, Emmanuel Macron et Marine Le Pen, ont présenté mercredi soir, devant des millions de téléspectateurs, leurs points de vue sur les sujets les plus préoccupants à l’opinion publique française.

La présidente sortante et la candidate d’extrême droite ont tenté pendant plus de deux heures et 45 minutes chacune d’essayer de persuader les électeurs hésitants et abstentionnistes au premier tour, notamment les électeurs de gauche qui devraient jouer un rôle déterminant dans le scrutin de dimanche.

Après une rapide poignée de main, les deux candidats ont pris place dans les plateaux TV « TF1 » et « France 2 » et se sont mis à passer en revue leurs avis divergents sur tous les sujets abordés au cours de la soirée, qui ont été présentés par Léa Salameh d’origine libanaise, la fille de l’ancien ministre Ghassan Salama de France 2 et de sa collègue Jill Polo de la chaîne privée TF1.

De son côté, Le Pen a tenté tout au long du débat de montrer sa proximité avec les Français, affirmant qu’elle « essayait de se mettre à la place du peuple », dans une critique voilée de son adversaire, qui durant son quinquennat n’a pas réussi à se débarrasser du titre de « président des riches » par ses adversaires.

Le débat a été très intense lors de l’évocation du conflit qui fait rage en Ukraine depuis le début de l’invasion russe le 24 février. « Vous avez été, je pense, l’un des premiers hommes politiques européens à reconnaître le résultat de l’annexion de la Crimée dès 2014 », a déclaré Macron à son adversaire, évoquant l’annexion par la Russie de la péninsule ukrainienne, qui n’a pas été reconnue par la communauté internationale.

Et il a poursuivi:« Pourquoi avez-vous fait cela ?… Parce que vous dépendez de l’autorité russe et vous dépendez de Poutine », notant que son parti « Rassemblement national » a reçu un prêt de 9 millions d’euros en 2017 d’une banque russe.

Et Le Pen s’est défendue en disant:« Je suis une femme complètement libre », et a ajouté:« Je soutiens une Ukraine libre qui n’appartient ni aux États-Unis, ni à l’Union européenne, ni à la Russie, c’est ma position ».

Outre les questions internationales, les deux candidats divergent sur presque tout: du niveau de vie à l’environnement, en passant par les libertés et institutions publiques, le pouvoir d’achat, l’Union européenne, etc.