SAWT BEIRUT INTERNATIONAL

| 20 October 2021, Wednesday |

Une réunion politique remarquable a eu lieu entre les ministres des Affaires étrangères des États-Unis, de l’Arabie saoudite et de la France

En marge de la réunion des ministres des affaires étrangères et du développement des pays du G20, une remarquable réunion tripartite s’est tenue, à laquelle ont participé les ministres des Affaires étrangères des États-Unis d’Amérique, de l’Arabie saoudite et de la France, dans un format ce qui était remarquable est la présence du ministre saoudien avec ses indications que les dossiers de la région sont toujours sous l’influence de la décision de la partie saoudienne, et certains ont interprété la participation saoudienne comme étant une confirmation que le Royaume s’intéresse toujours au Liban et cela sera démontré par une nouvelle performance arabe.

La réunion a porté sur les dossiers du Liban et de la Syrie et le dossier Iran selon les informations, et les sources diplomatiques révèlent qu’il y a une insistance américaine et Français que le royaume soit un partenaire clé dans la solution au Liban, dans les délibérations peu divulguées, et sur la base du tweet du ministre Blinken , il est devenu soulignant que les trois acteurs attendent avec impatience un nouveau leadership au Liban et l’accord pour former un gouvernement qui mènera des réformes pour maintenir le minimum de stabilité monétaire, financière, économique et sociale et se préparer pour les élections parlementaires, et cela selon Le ministre américain des Affaires étrangères qui a tweeté ses infos en accord avec Le Drian et Farhan, et l’information révèle un scénario futur que hariri présentera une composition équilibrée et si cela se produit par le président de la république, Hariri offre ses excuses, et il a reçu une promesse qu’il sera un partenaire dans la nomination du Premier ministre qui assistera aux élections que l’accord n’inclut aucun des candidats aux élections comme ministres et si cela se produit, les sources soulignent le mot « peut-être » que le royaume ouvre ses portes à Hariri.

La question est de savoir ce qu’il en est du Hezbollah et de Berri. Accepteront-ils facilement un tel scénario ? Abandonnent-ils Hariri ? La réponse réside peut-être dans ce qui s’est passé aujourd’hui à la Chambre des représentants, de sorte que les forces politiques actuelles ne semblent pas prêtes pour les élections parlementaires, car elles insistent toujours sur des solutions temporaires afin de gagner du temps, et en rejetant le projet de loi des Forces libanaises raccourcissant le mandat du Conseil, qui les a amenées à se retirer de la session, en plus le refus d’inclure la proposition de ne pas nuire aux réserves obligatoires et aux dépôts du peuple, et la question est de savoir ce qui garantira que ces mêmes forces accepteront les élections après un an, en particulier que les raisons associées à En rejetant les élections, on pourrait s’aggraver à mesure que la crise économique s’intensifie et que la population tient ces forces au pouvoir responsables, de sorte que les résultats des élections ne seront pas entièrement en faveur des forces politiques actuelles, et que les demi-solutions ne suffiront pas.