SAWT BEIRUT INTERNATIONAL

| 28 November 2022, Monday |

Une semaine avant l’enregistrement du règlement… comment se sont formées les alliances?

Lundi prochain, s’achève le délai d’enregistrement des listes, puis débute la dernière étape avant la date d’habilitation parlementaire, les 6 et 8 mai dans les pays expatriés et le 15 mai au Liban.

Le nombre de listes enregistrées atteint aujourd’hui, une semaine avant l’expiration du délai… ce qui signifie que les alliances ne sont pas encore conclues, et que les communications et les réunions sont toujours actives, et que beaucoup d’entre elles sont secrètes et non déclarées pour tenter de résoudre le listes, et bien sûr leur nombre peut augmenter dans les dernières heures, et un certain nombre de candidats seront exclus s’ils restent en dehors des règlements.

Jusqu’à présent, certaines alliances ont été résolues, comme l’alliance du Hezbollah Amal et du Courant patriotique libre, mais selon les régions, à Jezzine par exemple, le Courant patriotique libre contestera une liste sans candidats pour Amal, après Bassil a refusé d’abandonner Ziyad Aswad et Berri a collé à Ibrahim Azar.

L’alliance du Tashnaq et du Courant patriotique libre, qui n’est pas inclus dans la région du Matn, peut se produire à Beyrouth et à Zahlé, par exemple, mais il est certain à ce jour que le Hezbollah constituera un levier majeur pour son allié le Courant patriotique libre en tous les cercles dans lesquels il peut l’aider, comme à Jbeil, le nord de la Bekaa, Baabda, Zahlé et Jezzine, mais qu’en est-il du deuxième allié de Suleiman Franjieh?

On sait qu’il y a une circonscription dans laquelle il y a des candidats pour le Marada, qui est la troisième au nord, selon les sources et par une décision du Hezbollah, les votes des chiites à Batroun et Koura iront aux candidats Marada, comme cela s’est produit en 2018, d’autant plus qu’il n’y a pas de candidat chiite dans cette circonscription, alors que le parti est resté avec le mouvement libre à Keserwan, Jbeil.

Entre les forces et le socialiste, les contacts se poursuivent toujours pour obtenir un consensus entre eux, et des sources ont révélé que les réunions se sont intensifiées pour résoudre les problèmes, notamment dans le district du Chouf et la Bekaa occidentale, soit une séparation, soit une réunion.

Chez les indépendants et le Parti Kataeb Libanais, les noms sont presque prêts, en attendant l’annonce des listes.Quant à la société civile ou aux groupes révolutionnaires, toutes les tentatives d’unification des listes ont échoué parmi un grand nombre de candidats, c’est-à-dire un groupe des citoyennes ont proposé à elles seules 54 noms, et à Beyrouth II, par exemple, les candidats à la révolution se sont partagés entre la liste de Makhzoumi et la liste de Nabil Badr, alors que la liste de base de la société civile n’est pas encore constituée.

La seule option qui reste, selon ce qu’un membre de l’Union des places révolutionnaires nous a assuré, est de former la liste la plus forte avec des candidats majeurs capables de voter.