SAWT BEIRUT INTERNATIONAL

| 2 October 2022, Sunday |

Université libanaise : l’absence d’augmentation du budget de l’université menace son existence

Le secteur de l’enseignement supérieur et l’Université libanaise en particulier sont menacés d’effondrement en raison de l’effondrement de la situation économique, financière et des bas salaires des professeurs d’université à des limites qui ne leur permettent plus de vivre décemment, ce qui a incité l’organe exécutif de l’Association des professeurs à temps plein de l’Université libanaise à organiser un sit-in au palais présidentiel hier en conjonction avec la session du cabinet.
Pour souligner davantage cette question, Amer Halawani, président du conseil exécutif de l’Association des professeurs à temps plein de l’Université libanaise, noua a rejoint.

Il a été constaté que les banques imposent des restrictions au travailleur et le privent du retrait de son plein salaire mensuel, mais lui imposent des restrictions soit en termes de versements par lots, soit en l’obligeant à acheter des produits en partie, soit en lui affectant des dépenses sur ces retraits ou remplacements d’espèces, ce qui conduit à son chargement de la différence de taux de change, et à perdre son temps plusieurs fois pour percevoir son salaire mensuel, ce qui nécessite des dépenses supplémentaires.
Étant donné que ses restrictions sont contraires aux lois et accords mentionnés, elles constituent une violation du salaire mensuel d’un travailleur protégé par le droit et les conventions internationales.
Le ministre du Travail Moustafa Bayram a écrit un message au gouverneur de la Banque du Liban et à l’Association des banques, au cours duquel il a appelé à faire une circulaire obligeant les banques à faciliter le retrait du salaire mensuel immédiatement sans aucune restriction, sinon le ministère du Travail serait obligé de poursuivre les banques qui ont empiété sur les salaires des travailleurs par les moyens légaux disponibles.